2 days in Paris

Découverte cinématographique de cette semaine : 2 days in Paris

Réalisé par : Julie Delpy

Avec Julie Delpy (magnifique en passant) et Adam Goldberg (sa tête ne m’est pas inconnue)

Synopsis : Marion, photographe d’origine française, vit à New York avec Jack, architecte d’intérieur. Pour donner un nouveau souffle à leur relation, ils partent en voyage à Venise – mais leur séjour est gâché lorsque Jack attrape une gastro-entérite… Ils décident alors de se rendre à Paris où Marion a toujours des attaches.
Là encore, l’escapade amoureuse tourne court : entre les parents envahissants de la jeune femme, ses ex-petits copains dragueurs et la manie de Jack à prendre en photo la moindre pierre tombale, le couple ne trouve aucun répit !
Parviendront-ils à surmonter la tempête ? Ou passeront-ils maîtres dans l’art de la dispute ?

Que dire de ce film ! Gros coup de cœur, un film simple mais pas simpliste. Un film beau, avec de belles images, une mise en scène recherchée mais pourtant un film construit en toute simplicité. La réalisatrice nous offre des dialogues tranchants et magnifiques (ça balance bien envers les parisiens mais aussi envers les américains, les clichés sont omniprésents et multiples, l’abus est volontaire et justifié. L’intelligence de cet excès : nous faire réfléchir sur la façon dont on voit les autres et en particulier les étrangers), des personnages principaux travaillés, attachants et pourtant tellement naturels. Bref  l’histoire malgré sa simplicité nous accroche, nous transporte et nous émeut jusqu’à la fin.

On découvre l’envers du décors du touriste moyen que nous avons forcement rencontré une fois dans sa vie à Paris… On se met à sa place et on souffre autant que lui (Jack/Adam Goldberg). Connaissant le strict minimum linguistique « merci » « bonjour » et « au revoir » sa compagne le lâche en pleine jungle parisienne où règnent la moquerie, l’écrasement de l’autre, l’incompréhension et la suprématie culturelle française. Bref en quelques mots une belle comédie romantique parfaitement réalisée par Julie Delpy qui jongle audacieusement entre humour, malaise, tristesse, tendresse, différence culturelle et réalité, en mettant en scène un couple aussi irrésistible qu’attachant.

Une histoire banale (Celle d’un couple lambda qui surmonte les épreuves de la vie) et une mise en scène qui oscille entre esthétisme et simplicité. Une œuvre qui nous fait penser que le budget du film est loin des gros blockbusters et pourtant la magie opère, le jeu d’acteur (des vrais) est là, les sentiments du spectateur peuvent (oui peuvent on est pas tous égaux en ce qui concerne la sensibilité) se déverser, s’entrechoquer sans mal. Au pire on passera qu’un simple bon moment. Moralité : il en faut peu pour être heureux (Nos starlettes bleues manichéennes peuvent aller se rhabiller).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s