Je n’ai rien dit…

Dans la continuité de mon post de lundi dernier, qui portait sur Matin brun de Franck Pavloff,  je voudrais vous faire partager un court poème (oui, court) qui s’avère être une variante du thème de l’auteur de Matin brun. C’est en cherchant quelques informations sur ce dernier, que je suis tombé sur ce poème en anaphore. J’aime les passerelles  qui se créent entre les œuvres et en créer à mon tour.
Ces quelques lignes m’ont suffit pour me bouleverser et remuer ma conscience, mon feu intérieur. Je vous laisse le soin de les parcourir.

Je n’ai rien dit…

Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit…
Je n’étais pas communiste.

Quand il sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit…
Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai rien dit…
Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai rien dit…
Je n’étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher.
Et il ne restait plus personne pour protester.

Martin Niemöller

Tout un tas de variantes grouille sur le net, à la gloire de nos combats personnels. Les mots ont beau changer, qu’importe, le symbole est toujours aussi fort…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s