Je me dore – Hommage à Bashung

Je me dore

Je me dore la pilule au soleil
Libellule disséquée au scalpel
Mon esprit dort, meurtri par mon enveloppe charnelle.
Cobaye, mon miel est pillé par ces abeilles.
En contre-bas, une faune baye au corneille,
d’or, mais dort sans sommeil.
Je me dore, compte tenu de la veille.
Le silence est mort, pourtant les bouches étaient pleines.

Le silence est d’or à la vue de mon corps, mais j’ai reçu trop d’oxygène, en peine.
Ces missiles domiciliés sur ma peau, m’endorment.
Les UV m’ont usé, j’ai hissé un drapeau sans forme.
Formé d’un bâton de sucre d’orge, ils sont venus grignoter, là, sur ma plate-forme.
Cette haine informe, je gêne même attaché comme ce chirurgien énorme.

Je me dore la pilule au soleil,
« écran total sur les pores de ma peau, écran total sur nos remords »
Pourtant, le ciel vire au morne mais se méfier de l’eau qui dort,
Reflet déformé de tant de merveilles.
« Je me dore de chaleur humaine »,
je me dore de ton cœur et de ton corps, ces soleils.
Désormais je me dore d’ordinaire.
Le sort nous encercle, 44 Ouradour-sur-glane, pour l’oseille.
fatigue, je m’endors sur mes vers.
D’ores et déjà, même si tu dors, tu n’as pas ton pareil.

LiveAndThink


Je me dore
– Alain Bashung

Publicités

Une réflexion sur “Je me dore – Hommage à Bashung

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s