Novembre en peine, des larmes à peine

Dominique, ma vie à la finalité sibylline, n’a été qu’une partie de domino.
Successive chute tragique.
Mino, minée a donné sa vie pour des rêves inoculés malheureusement oubliés par le second descendant, adolescent à l’innocence déchirée par un deuxième acte triste.
De minot à adulte atrophié car enrôlé par un domino.
Minot, miné, par l’absence de Dominique, pourtant beau minot j’étais, aux rêves volatiles encore sur papier.
Le glas a sonné, cette mort en allégorie fut le clapotis, cause caustique de la chute du premier domino.
Dans la fleur de l’innocence, le négatif est chimérique, impensable. Sans Dominique, le sceau mortuaire et mortifère qui marqua ma peau fut un déclic.
Le minot est mort. Candeur aux pouls faible, elle sera réanimée par la chute de domino,
Le domino en était-il responsable ?
Malgré nous, peut-on commencer à vivre dans le tragique ? Peut-on, mais comment ?

L’esprit voilé, vision d’obscurité c’est ainsi que je sautai dans le caveau, moi enfant de la république.
Pourquoi sombrer quand tout public est le tragique ? Je décidai d’arborer un sourire à la chaleur ibérique !
Sans avoir le temps de me dévoiler, l’absurde inné est venu m’épiler;
Effet ironique, nu mais habillé d’une larme statique. Nature masochiste, elle m’a dominé.
En plus d’être sans Dominique, mon banquet fut vidé du plat saveur d’Aneth.
Assis, impie, je contemplais une table dressée sans imagination et deux chaises vides. Stop ! On arrête !
Sourire arboré car encore minot, j’organisais, inconscient, une célébration morbide : la mort se marie à un minot devenu domino.
Du sang dans les sens, sans Dominique, Annette et Marie, peut-on encore voir les ailes d’un malmené minot ?
Qu’y a-t-il d’inscrit sur le dos de ce domino ?
lieu commun : la vie est synonyme d’injustice et de douleur involontaire,
ironique feuille d’ortie, elle ne fait pas que piquer, elle dévoile l’endroit et l’envers.
Son mérite ? D’être cueillie donc vécue. S’appliquer à devenir fakir ou rejoindre les vers…
Épris je suis, malgré ma vie en domino aux chiffres médiocres, sans Dominique et ses liens en ocre, comment gagner cette partie de domino ?
Pour ce type de tragique, le public est dominé par le triste.
Moi ancien minot, la chaleur d’un voile m’assénait mais l’envie me dominait !
Alors même sans Dominique, j’ai pioché un domino double six.
Ma tête, ce désert rempli d’eau m’a alourdi, moi ce minot domino.
Les deux mino(t)s au caveau, la tristesse au cachot, mais une innocence m’habitait grâce à l’habitus légué par Dominique.
Cet alcool aux goûts colossaux me rendait sobre et beau ou ivre et sot.
Parce qu’elle était absinthe et absente, je me suis mis à boire sans oublier l’absence.
Sans Dominique, souillé était le minot mais je n’ai jamais savouré la complaisance.
Et essentielles sont devenues mes questions existentielles, cette essence.
Sans Dominique plus de poussin, surnom de mino. Dans la fausse j’ai été poussé, ne me quitte pas, cette métaphore de domino. Ne me quitte pas s’il te plaît, sémaphore Dominique !
Mais m’a rendu fort l’amour de Dominique pour son minot;
Historiographie d’une vie, inévitable est le tragique.
Comment avancer sans Dominique, dominé par une chute de domino ?
Trou généalogique, pour combler j’ai trouvé un bic, l’encre a blanchi et endurci mes idéaux.
L’encre a remonté l’ancre, j’ai pris le large dans un troué bateau, j’ai colmaté les brèches avec mon stylo bic.
J’ai tout de même trouvé l’eldorado, malgré l’absence de Dominique.
Fertilisé par quelques choses et quelques uns, mon ilot est le territoire où converge adulte et deux minots.
De l’effet papillon je suis passé à l’effet domino.
Ma tête, minot, est passée de l’effet domino à l’effet papillon.
Libérateur va et vient, j’affiche le statut de spectateur et de magicien.
Sans mais avec le sang de Dominique, je suis bercé de l’illusion et de la désillusion.
Histoire de deux minots, en chute de domino qui sans Dominique s’élèvent avec intention et attention.
Merci et adieu Dominique, aucun regret d’être un domino.

Minosze, ce minot

Benjamin Biolay – Novembre toute l’année

Publicités

Une réflexion sur “Novembre en peine, des larmes à peine

  1. La mine d’un minot
    Dominé par les dommages
    les dommages collatéraux
    les hommages collent à la peau

    La mine d’un minot
    Désarmant de dogmes
    Déminant une terre minée
    Terminer de Dominer

    La mine d’un minot
    pile ou face et puis de dos ?
    las sur le sol et sur le dos,
    La musique dans un fardeau

    La mine d’un minot
    Doux sans être docile
    D’hors piste en or massif
    Hasard et Domino

    La mine d’un minot
    Penser sous un pseudo
    Rechercher l’eldorado
    ou juste l’aile adorée ?

    La mine d’un minot
    Mais minotaure un brin myso
    Amoureux des minettes
    mais des menottes dans le dos

    La mine d’un minot
    Du Damier aux domino
    Jeu de Dames
    Jeu est « je » damne
    Un Jeu D’âme
    et un jeu thème
    Un « je » table
    Quand « je » rêve
    Un je t’aime
    Un je t’aime.

    [ Belle mine pour un minot, Belle hymne à l’amour, Belle île loin du bateau, Belle mine et Beau minot ]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s