LES INDIGNÉS

La nouvelle Ligue des Justiciers ?

Aujourd’hui, je me détourne de mon planning de publications hebdomadaires. Habituellement prévu à la découverte littéraire,  je décide de consacrer ce Lundi 21 Novembre à l’actualité. Et ça, pour diverses raisons : le manque de temps mais surtout une actualité dont je préfère parler. Pourtant tout est lié, l’actualité, la littérature, l’art… C’est pour cela que j’ai entrepris la  création de ce blog « populaire », dans le but de donner accès, au plus grand nombre,  à tout ce qui me tient à cœur, tout ce qui me construit intellectuellement et me construit en tant que citoyen, ça dans un lieu unique à porter de tous. Lancer des passerelles et des trousseaux de clefs et le meilleur moyen de faire régner une réelle démocratie. Encore faudrait-il vouloir les saisir. Ce n’est pas un travail facile, j’en conviens.

Le site Internet d’Arte tend une belle passerelle. Une passerelle saisie par un de mes amis, qu’il m’a également tendu et que j’ai saisie à mon tour. Dans cette logique, je vous la tends, évidemment. Mais quelle est cette passerelle ? En effet, j’ai tendance à faire beaucoup de bruit, voire tourner autour du pot, je m’élance alors.
Au regard de l’actualité, les médias sont devenus plus pragmatiques, raisonnables, moins idéalistes. Ils nous proposent, depuis quelques semaines déjà, de (re)faire le tour d’horizon du système politique et économique mondial, sur la sellette. Les médias français, quant à eux, s’articulent autour des élections présidentielles et nous tiennent informés de l’actualité politique. Donc là, encore, ce qui me choque c’est que l’on parle du système, des gens censés nous représenter mais jamais du peuple, de nous.
« Bien évidemment qu’on parle du peuple, on parle de l’Espagne, de l’Italie, des États-Unis ». La question qui se pose est : Est-ce que parler d’un pays est réellement parler de ses habitants ? D’un point de vue littéraire et linguistique, oui, l’Espagne désigne tacitement les espagnols. MAIS, dans notre société actuelle, je pense que ce procédé métonymique est fallacieux puisque, de mon point de vue, ce n’est plus le peuple qui a la main mise sur son lieu de résidence républicaine. Parler d’un pays, c’est surtout aborder sa politique, orchestrée par le parti au pouvoir. Une politique qui, dans les faits s’est avérée être à mille lieux des attentes du citoyen lambda. Ou mieux encore, on fait croire que les actions politiques menées sont entreprises pour notre bien. Cette métonymie, bien trop souvent utilisée par les politiques, n’est qu’une manière, parmi tant d’autres, de dire « bon, on va régler ça, on parle de vous quand même, hein, mais laissez faire les professionnels ».
Je m’égare à nouveau… Tout ça pour dire que même les médias ont des procédés élitistes, avec la vague impression qu’ils ne peuvent se sortir de la sphère, fermée  qui consiste à véhiculer une actualité politique politicienne.  Évidemment ce n’est que partiellement vrai, pour des citoyens qui se tiennent constamment informés, car ils savent où regarder, quoi lire, quoi croire (et encore). Mais, de mon point de vue, on ne parle pas du citoyen on ne fait que le représenter vaguement ou on parle à sa place comme on fait parler PPDA aux Guignols de l’info.  De plus, les discours des politiques et l’actualité des médias n’informent pas, ni n’alarment le citoyen, elles le confortent dans ses idées reçues et stéréotypes : la violence, le manque d’argent, le chômage, la retraite, bref c’est la merde (en surface). Le citoyen le sait mais on lui dit tous les jours. L’effet Pygmalion est en marche, engendrant le désespoir, le manque de confiance en l’autre et l’échec du peuple. Comme si parler d’espoir ne servait à rien. Serait-ce une stratégie, calculée ? Une apocalypse véhiculée, qui serait en réalité, un chat avec une patte cassée, à qui, le premier venu, mettrait une simple attelle. Le poseur d’attelle serait alors érigé en héros de la nation, un acte héroïque applaudi par des hérauts à sa solde. Ce n’est qu’une maigre hypothèse, un délire d’opinion.
Mais qu’en est-il de l’espoir ? Ce rayon de lumière démocratique, qui a déjà été atténué par le prisme médiatique. Je veux parler, bien évidemment, du mouvement des Indignés, qui, je le répète est un réel acte démocratique, une fenêtre ouverte sur le changement, le vrai. Serait-ce pour cela qu’il n’est que chuchoté par les acteurs de la sphère politique, ce mouvement ferait-il peur aux politiques ?


Non, ce mouvement n’est pas mort, il a pris du plomb dans l’aile, c’est un fait. Du plomb notamment tiré (c’est une métaphore, je précise) par les farces de l’ordre. Mais il est toujours debout, animé par cette même flamme incandescente qui devrait nous unir tous.  Les Indignés de Zuccoti Park se sont fait virer, avec pour consigne de ne plus revenir camper avec leur tentes et sacs de couchage. « Ouais, et alors ? », qu’à cela ne tienne ! Ils sont revenus tous les jours pour continuer à manifester. On ne nous parle plus des manifestants, alors on pense que leur mouvement s’essouffle, pas du tout, il se renforce. Pas forcement en quantité mais en qualité, les Indignés bétonnent leur organisation pour avoir une image et un impact plus sérieux et prouver aux sceptiques ou aux j’m’en foutistes que c’est possible, qu’autre chose est possible.
La chaîne Arte va dans ce sens, rien n’est perdu d’avance. Le site internet de la chaîne franco-allemande a un nouveau bébé : la rubrique « Les indignés ». Arte, pour l’occasion, a décidé de créer une sorte de blog où les actualités du mouvement foisonnent. Sur cette plate-forme, on y trouve tout un tas d’informations, de vidéos, de témoignages sur ce mouvement planétaire. Cette rubrique parle des Indignés dans sa globalité : de la France, à l’Allemagne et l’Italie jusqu’aux États-Unis en passant par l’Israël. Un site interactif qui ne nous vend pas du rêve, mais de l’espoir. Et moi, je continue d’y croire.

« Je vis donc je combats, donc j’y crois encore, qu’un autre monde est possible et qu’on va changer le décor. »

Milk Coffee & Sugar – Je vis

Le site :

http://www.arte.tv/fr/4256396.html#/

Merci @Didyz , pour qui la politique n’est pourtant pas son truc. Pour les curieux : Didyz.com.
Et merci à tous ceux qui me permettent d’être informé !
#OccupyTheWorld !

Live and Think

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s