Réflexion d’ordre technique à l’attention de l’architecte …

…Mais lequel ? Mon destinataire est incertain


Hypothèse en « si » :
Supposons qu’il y ait un au-delà, comme beaucoup tendent à le penser, qu’il n’en est pas possible autrement.
Un au-delà qu’un grand nombre de mes semblables ne cessent de clamer l’existence et me font comprendre qu’elle est indéniable.
Admettons que cet au-delà existe, y accéder après mon décès serait pour moi la plus grande des tortures, le plus grand des supplices…
Et ça, pour n’importe qui voulant, comme le déclament les proches d’un défunt : Reposer en paix.
Après maintes pensées fuyantes, je me suis mis dans la tête qu’un au-delà pourrait éventuellement exister.
Mais dans mon esprit, quelques réflexions techniques et alambiquées fusaient.
Et si l’au-delà avait la superficie du Luxembourg ?
Sans être condescendant au comportement bourgeois, il y a plus de 4 millions d’années d’existence « humaine ».
À moins qu’il y ait un pallier supplémentaire à l’au-delà, une deuxième mort dans le but de libérer la place, 4 millions d’années ça en fait des défunts…
Nous avons célébré, il y a encore peu, la naissance du 7 milliardième être humain et nous nous plaignons de la promiscuité engendrée.
Personnellement, j’ai quelques tendances claustrophobiques…
En plus de ça, s’il y a bien un au-delà, j’espère éperdument qu’une hiérarchie de nos actions passées déterminent bien notre place.
Je prie pour qu’un manichéisme orchestre l’agencement de cet autre monde : un paradis et un enfer, pour vulgariser.
Je n’ai pas mené une vie dans sa globalité pour me retrouver avec tous les morts sans exceptions : les bons samaritains mais aussi les meurtriers, les pédophiles, les serial-killer, les membres du Front National, les criminels de guerre.

Quelques pensées ont vagabondé et quelques questions d’ordre technique, à l’attention du Très-Haut, se sont imposées à moi.
Cher dieu :
Premièrement l’au-delà est-il monothéiste ? Si non, comment vous organisez-vous avec vos confrères pour mettre en place un espace adapté aux nombreux morts qui, sans parler pour les absents, ont la volonté de bien reposer en paix ?
Ensuite, avez-vous fixé une limite d’espèce ? L’être humain est-il le seul à pouvoir accéder à cet au-delà ?
Car si votre existence est avérée, vous seriez donc gardien et créateur, omniscient, omniprésent et omnipotent, architecte de l’être vivant quel qu’il soit mais aussi de la nature. Mais la nature n’est-elle pas vivante ? (D’ailleurs, ce n’était pas trop difficile concernant l’agencement de l’univers, cet espace vide en perpétuelle expansion ?)
De là, si vous êtes le videur de l’au-delà acceptez-vous toutes formes vivantes de votre création : Animaux, être humains, végétaux, minéraux… ?
Dieu est amour, mais serait-il discriminant et sectaire envers ses créations ?
De mon point de vue, j’ai le sentiment qu’il n’y a que les êtres vivants doués de pensée, qui ont pensé à l’au-delà. Coïncidence ?
Je me permets donc, cette minuscule digression :
Nous avons bien écrit l’odyssée d’Homère.
Nous avons inventé des styles : Science-fiction, Thriller, l’autobiographie…
Nous avons inventé des disciplines.
Nous avons imaginé des idées jusqu’à les conceptualiser.
Nous avons imaginé des choses et objets jusqu’à en entamer leur réelle construction – impossible disaient-ils pourtant à l’époque – que nous trouvons totalement normal dans l’actuel.
L’art de la création et du dépassement nous est comme infini.
L’art dans toute sa diversité et sa généralité, est sans doute une des caractéristiques sine qua non de l’être humain.
Il y a eu des poètes. Certains raccords avec l’époque, d’autres précurseurs, surréalistes, romantiques.
Il y a eu des scientifiques. Certains raccords avec l’époque, d’autres complétement fous, donc sérieux pour leur époque.
N’avons-nous pas, par la force, le temps, la force de l’esprit, fait naître des personnages ?
Ne les a-t-on pas creusé, fouillé, détaillé dans l’intention de les ancrer, par encrage, dans le réel ou pas.
Cela me surprendra toujours ce que l’esprit peut mettre sur papier…
N’avons-nous pas  décrit, par écrit, des lieux imaginaires ou visités.
Décrit d’une manière où ces lieux pouvaient nous apparaître comme une photographie, d’une jeunesse vigoureuse.
Derrière les mots se cachent des images et vice versa.
N’avons-nous pas eu la patience et l’imaginaire de créer des évènements derrière les dates, au point d’en vérifier l’existence dans l’almanach.
Bref l’imagination est infinie.
Avoir pensé et imaginé un monde après la mort, n’est, à l’échelle de l’existence humaine et de ses capacités créatrices, qu’une simple broutille.
Je ne remets pas en cause l’utilité et le côté incontournable, d’avoir pour croyance, l’existence d’un au-delà pour pallier des peurs universelles.
En revanche, je remets en cause le manque de réflexion réaliste de ce genre de phénomène.

Même sans renier l’utilité de cet objet, probablement imaginé de toute pièce, mon esprit scientifique orchestrait une réflexion qui me tourmentait.
Le Très haut, ce Valérie Damidot de l’au-delà, aurait-il prévu une échelle temporelle qui permettrait de ne donner accès à ce lieu de sérénité éternelle, exclusivement à l’être humain relativement actuel ?
Ou les grilles de cette résidence cotonneuse, comme on peut se l’imaginer sont ouvertes même pour l’australopithèque ?
Les hommes de l’an 0 seraient-ils plus « hommes » que ces primates doués de raison et d’une nature communicative ?
Et, la fréquente absence du Très-haut pourrait finalement s’expliquer par son obligation de travailler plus. En effet, gérer le monde et l’outre monde, à la vue des difficultés énoncées, n’est pas une mince affaire. (Mais en travaillant plus, gagne-t-il plus ?)

Je décidai d’arrêter de réfléchir à ce sujet, car penser un au-delà me tétanisait davantage que l’idée de mourir du jour au lendemain.
Suite à ces interrogations de nature technique et pratique, je préfère bien mieux redevenir poussière plutôt que d’accéder à un monde qui n’a aucune notion du temps et de l’espace voire du bien et du mal. Que mon âme, si elle existe, erre sans but, non merci. Vivre pour vivre à nouveau n’est pas sain. Ne pas abuser des bonnes choses.
Je me confronte à une complexité, cause à un manque d’information mais également à une simplicité de la pensée de mes contemporains, une simplicité de penser digne d’un enfant croyant au père noël : il y a un au-delà, c’est obligé.
En terme de probabilité, il aurait été aisément plus probable que les premiers homo sapiens aient inventé la voiture électrique, plutôt qu’un créateur, aussi puissant soit-il, ait réussi à agencer le monde et son au-delà.
Et non, ce n’est pas que je manque d’imagination, comme peuvent dire ces individus déçus de l’attaque faite envers leur croyance.
C’est juste qu’il ne faut pas confondre imagination et illusion. Notre imagination peut servir à bien plus que de nous bercer dans l’illusion.

De penser que mon passage sur cette terre est d’une brièveté déconcertante, qu’après ça la vraie justice serait de n’encombrer aucun lieu aussi métaphysique qu’il soit, et m’en remettre à une nature cyclique et réaliste, ma rassure bien plus que de m’en remettre à des individus et espaces inconnus.
Le nihilisme est réaliste et loin d’être négatif. De la poussière à la poussière, voilà la réalité, en quoi est-ce un problème de l’accepter ?
La nature ne croit pas, elle vit, ici, alors moi aussi.

Loin d’être un affront, ceci est une réflexion qui me hante, partagée par la grâce de la liberté d’expression. En quoi serait-ce un affront de poser des questions ?

Live and Think

Beaucoup d’autres se sont posés des questions, d’ordre différent :

The Roots – DEAR GOD 2.0

Lyrics :

[Intro:]
Dear God, I’m trying hard to reach you
Dear God, I see your face in all I do
Sometimes, it’s so hard to believe it…
But God, I know you have your reasons
(Uh huh)

[Verse 1:]
They said he’s busy hold the line please
Call me crazy, I thought maybe he could mind read
Who does the blind lead?
Show me a sign please
If everything is made in China, are we Chinese?
And why do haters separate us like we siamese?
Technology turning the planet into zombies
Everybody all in everybody’s dirty laundry
Acid rain, earthquakes, hurricane, tsunamis
Terrorist, crime sprees, assaults, and robberies
Cops yellin’ stop, freeze
Shoot him before he try to leave
Air quality so foul, I gotta try to breath
Endangered species
And we runnin’ out of trees
If I could hold the world in the palm of these
Hands, I would probably do away with these anomalies
Everybody checkin’ for the new award nominee
Wars and atrocities
Look at all the poverty
Ignoring the prophecies
More beef than broccoli
Corporate monopoly
Weak world economy
Stock market topplin’
Mad marijuana oxycotton and klonopin
Everybody out of it?

[Hook:]
Well I’ve been thinkin’ about
And I’ve been breakin’ it down
Without an answer
I know I’m thinking out loud
But if you’re lost and around
Why do we suffer?
Why do we suffer?
(Uh huh)

[Verse 2:]
Yeah… It’s still me, one of your biggest fans
I get off work
Right back to work again
I probably need to go ahead and have my head exam
Look at how they got me on the Def Jam payment plan
Well, I’m in the world of entertainment and
Trying to keep a singing man sane for the paying fans
If I don’t make it through the night, slight change of plans
Harp strings, angel wings, and praying hands
Lord, forgive me for my shortcomings
For going on tour and ignoring the court summons
All I’m trying to do is live life to the fullest
They sent my daddy to you in a barrage of bullets
Why is the world ugly when you made it in your image?
And why is livin’ life such a fight to the finish?
For this high percentage
When the sky’s the limit
A second is a minute, every hour’s infinite

[Outro:]
Dear God, I’m trying hard to reach you
Dear God, I see your face in all I do
Sometimes, it’s so hard to believe it…

Publicités

3 réflexions sur “Réflexion d’ordre technique à l’attention de l’architecte …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s