Si vous avez 5 minutes…

…Vous assisterez alors au résumé le plus court de l’histoire, d’une des affaires les plus importantes du XXIème siècle !
Et si vous avez 5 minutes de plus, des questions qui me paraissent fondamentales et existentielles sont posées ci-dessous.

Tellement drôle ! Et à la fois tellement effrayant…
Alors évidemment on peut émettre des doutes sur la qualité et le sérieux du travail de l’auteur, mais en même temps son ironie est tellement palpable qu’on le pardonne. Mais cette vidéo démontre parfaitement l’ignorance et les nombreuses incohérences concernant cette affaire, mais surtout les mauvais jugements portés sur la recherche de la vérité et les démarches fallacieuses, je dirais même immorales, pour ternir voire stopper cette recherche, ça c’est un point essentiel de ce siècle. Nombreux sont ceux qui ont émis des doutes sur cette affaire, conspirationnistes dit-on à leur égard, voire négationnistes. Décrédibiliser les poseurs de bombes, OUPS pardonnez -moi, les poseurs de questions (parfois les questions peuvent être de véritables bombes) et les teneurs de flambeau est-elle une bonne solution ? Entrer dans ce jeu enfantin : toi t’es pas beau, t’es nul ! N’est-il pas la preuve que quelque chose ne tourne pas rond ?

On observe également le fossé colossal entre l’élite qui détient le pouvoir, les figures médiatiques qui légitiment ce pouvoir et le peuple. Comme un labyrinthe, la société se construit sur des voiles, murailles, miroirs et écrans dressés par les détenteurs du pouvoir pour un peuple qui se paumera de toute façon et se retrouvera donc démuni et impuissant alors incapable de démêler le vrai du faux. Pour notre bien à tous, disent-ils. Cela montre également que le peuple n’a plus aucune force d’opposition et encore moins de pouvoir, pourtant base de la démocratie. Car même à la demande du peuple, les thèses officielles émanant des gouvernements resteront  les seules informations officielles et légitimes. Comme Dieu, l’élite politique et économique dit, le peuple obéit ! Alors je repose la question que j’ai déjà posé dans d’autres billets précédents : Où est la démocratie ? Là encore le fossé entre théorie et pratique est bien marqué, entre ce que les détenteurs du pouvoir signent, entreprennent et affichent publiquement et les faits, la vie quotidienne. Que se passe-t-il en coulisse, dans cette sphère politico-économico-médiatique ? Et que se passe-t-il dans la vie des citoyens ? Cette  première sphère est-elle les coulisses ou la scène ? Ce que je sais, c’est que coulisses et scène font parties d’un même théâtre. En 2012, ne serait-ce pas un théâtre de l’absurde ?

J’en viens même à me demander où est la réalité ? Et, est-elle construite, imposée, partagée, discutée ? Que faire quand on ne l’accepte pas, mais qu’elle est globalisée ? Quelle sphère doit primer : sociale, politique, naturelle, économique ? Concernant la réalité, est-ce une question de quantité : le peuple représente une part plus grande, mais surtout il vit au quotidien (la vie qu’on lui impose ? Alors est-ce la réalité) alors sa réalité à lui devrait-elle primer ? Ou la réalité est celle de cette sphère politico-économique ? Car j’ai la sensation que le fossé est tellement grand qu’on ne peut, à présent, relier ces deux mondes, comme si les coulisses appartenaient à un autre théâtre, alors la question de la réalité s’impose.  Qu’est ce que le réel ? Un monde civilisé basé sur un système économique et politique particulier, qui peine à respecter à la fois les membres de cette civilisation et le monde naturel qui l’entoure ? Est-ce que je caricature vraiment ? Qu’est ce que le réel, qu’est ce que la vérité, une simple (mais importante) affaire comme les attentats du 11 Septembre vient poser et remettre en question ces concepts. Le doute concernant l’affaire est banni pourtant l’affaire elle-même émet des doutes.

Le doute est proscrit, tout comme la remise en question et le manque de confiance en eux, nos dirigeants. Nous tromper pour une histoire de cette ampleur : impossible. Ils ont donc également proscrit la recherche de la vérité et donc la liberté ? Ils remettent en question ma notion de réalité. Et le doute ne permet-il pas l’expression de notre liberté pour aboutir au cogito ? Là encore j’aurais voulu en discuter avec Descartes, Rousseau, Voltaire, Thoreau, Nietzsche, Bourdieu, La Boétie, Camus et bien d’autres. Époque exclusivement politico-économique, n’a-t-elle pas snobé nos piliers philosophiques ? On ne peut même pas poser la question aux concernés à la fois par impossibilité (ce qui démontre encore une fois un fossé entre peuple et gouvernement, cette élite inaccessible) mais aussi par peur de me faire crucifier…
Ce qu’il faut retenir c’est qu’à l’arrivée, bah ça nous fait bien marrer ! … Ou pas…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s