Poésie et gravité

spec_11_imagenumeridanse_mini

Hibiki, Ushio Amagatsu

« On ne refait pas ses obsessions » me déclame Lucio Bukowski dans son testament musical. Ce morceau qui vient briser un silence nocturne me souffle cette frêle introduction d’un texte, ci-dessous, sans prétention. Voilà que j’aborde à nouveau, et sans cesse, la poésie comme une obsession. Mais ce serait malhonnête de ma part de ne pas vous faire part de mes sources d’inspiration qui m’ont fait accoucher de cette réflexion. Pourquoi en parler ? Pour soulager ma culpabilité et confesser le fait qu’au delà de m’être simplement inspiré, je dirais que les mots m’ont quasiment été servi sur un plateau.
Poésie et gravité ? Je referme un léger ouvrage bleu ciel, laissant expirer un infime souffle qui frôle mon visage attaché à un être encore en lévitation sous le poids des mots du chorégraphe japonais Ushio Amagatsu. Dans « Dialogue avec la gravité » le danseur et chorégraphe dialogue avec le mouvement et la gravité et nous offre une méditation sur le corps et sa manière de ce mouvoir dans l’espace. Ce livre étant un prêt, j’en viens à ressentir la frustration de ne pouvoir annoter et marquer ce dernier. Mon cerveau détraqué anticipe dès les premières pages et dès que la suivante apparaît mon inspiration se met en branle afin de faire naître une réflexion, plutôt un délire décousu, au rythme de ma lecture. Dès les premières pages, la poésie comme thème s’impose à moi comme une évidence. Entre dialogue, danse, esprit, corps et gravité, c’est la poésie qui vient faire converger ces éléments dans une tornade dont elle est le cœur. Le texte d’Ushio Amagatsu est d’ailleurs terriblement poétique mais surtout enivrant à souhait au point que l’inspiration venait parasiter une douce lecture, comme une violente épiphanie. Il n’y a rien de plus jouissif lors d’une lecture que de passer par le panel des sentiments que l’auteur explicite : entre légèreté et tension, douceur et violence, précision et évasion, ça en 43 malheureuses pages.  Ce moment de flottement ressenti, c’est l’abîme existentiel, c’est une volupté mystérieuse, mystique presque sexuelle qui n’a pas son pareil. Ajoutez avec ça quelques bribes de ma dernière découverte poétique nommée Blaise Cendrars et vous vous exilerez là où poésie et vie sont indissociables.

« Je voulais m’engouffrer dans la vie de la poésie
et pour cela il me fallait traverser la poésie de la vie »

[Blaise Cendrars – La légende de Novgorode]

Accompagnement musical : Lucio Bukowski – Je voyage

Poésie et gravité

La poésie est une danse dans laquelle le corps et l’esprit s’épousent et épousent une cadence.
Ils ne font pas un, c’est un couple dansant avec la gravité au cœur du monde.
C’est penser le monde; et d’un mouvement impatient et léger tomber dans l’âme de ce dernier. Ainsi le créer.
Il s’agit, en fait, d’un trio qui au contact du sol précise la naturelle complexité avec synchronisation et douceur.
Osciller à travers l’infiniment grand, en des gestes fluides, humbles et rapides pour ainsi se perdre et s’épancher librement dans l’accroupissement jusqu’au couché pour terminer à la verticale comme un grand Homme.
Au contact de la Terre, chaque particule, jusqu’à la moindre poussière gravite et lévite.
Les mouvements effectués avec grâce sont des volcans tremblant à la lave imminente faisant trembler à son tour le sol avec virilité et irrégularité.
C’est un dialogue abyssal dans lequel le vide, l’espace et la matière partagent et dansent avec la gravité. La création en découle…Image copie Pendant que le monde se meut et s’écroule, un nouveau naît, là sous nos pieds, martelé par des mouvements schizophrènes.
Être là, léger, à danser, à tanguer d’un pied à l’autre, se balancer pour sans cesse retrouver l’équilibre.
Être là, tendu, et se protéger de ses mains, remparts contre la vanité et l’insipide. Ces mains fissurées et rougies qui retiennent le corps entier en s’appuyant sur l’immanent. Elles étreignent avec ferveur le pinceau, la plume et tressaillent à chaque texture, elles vivent et ressentent. Ces extrémités plus nordiques sur lesquelles se concentrent les sens sont une source d’où s’extrait une quintessence qui parcourra l’ensemble du corps dans un souffle coupant. Des sens au bout des doigts sous lesquels scintillent les époques et l’inspiration. Poétique existence…
Des vertus de la légèreté et de la perpendicularité, toutes deux menant l’être violemment au centre de ce monde dont il est le centre de gravité.
Nous dansons avec la gravité… C’est violent. C’est vivant.
La poésie n’est rien d’autre qu’une danse sauvage chorégraphiée par le vivant abyssal. Le vivant abyssal n’est rien d’autre que poésie.
Ô Poévie. PeauEtVie.

LiveAndThink

« Toute vie n’est qu’un poème, un mouvement. Je ne suis qu’un mot, un verbe, une profondeur, dans le sens le plus sauvage, le plus mystique, le plus vivant. »
[Blaise Cendrars – La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France.]

Publicités

3 réflexions sur “Poésie et gravité

  1. il y a une vibration dans ce texte qui fait des ronds dans l’univers …ça danse, ça chante, ça traverse même le mur du son …les mots sont vivants ! mais seuls les poètes peuvent les réanimer ! Merci !

    • Merci à toi ! Ce commentaire est aussi vibrant et vivant que cette modeste prose.
      D’ailleurs ça me rappelle drôlement ton dernier billet qui faisait état de l’envie d’être vivant, de se sentir vivant, que j’ai comparé avec le fait de plonger – et de danser ? (comme dans cette vidéo où un homme dansant est rejoint par une policière qui s’ancrent dans le monde par cette petite folie)- .
      En effet seuls les poètes peuvent les réanimer, et je pense que nous sommes tous un peu poète, alors soyons poètes et dansons avec la gravité !

  2. il y a poète en chacun de nous ! il ne demande qu’a s’exprimer ! la créativité et notre capacité à transformer le monde qui nous entoure, c’est à mes yeux ce qui font de nous des êtres humains ! oui dansons la gravité 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s